Le dialogue social, objet d’une nouvelle chaire scientifique à l’ESCP Europe

 

L’école de management ESCP Europe vient de lancer une chaire baptisée « Dialogue social et compétitivité des entreprises ». Financée par quatre grandes entreprises, elle est un nouveau lieu de recherche scientifique sur ce sujet aussi actuel qu’encore peu traité dans les universités et grandes écoles. L’objectif est de mener un travail de fond et d’avancer des propositions pour améliorer le dialogue social en France.

richard-b-freeman-economiste_denis-fouqueau-escp-europe

Richard B. Freeman, professeur d’économie à l’université d’Harvard et membre du comité scientifique de la chaire Dialogue social et compétitivité des entreprises de l’ESCP Europe, est intervenu sur les différents mécanismes du dialogue social.

« Ce n’est pas un hasard s’il y a si peu de chaires consacrées à ce sujet » a introduit Franck Bournois, directeur général de l’ESCP Europe, lors de la soirée de lancement de la chaire, le 17 novembre 2016 : « Ici on fait des équations et celle qui se compose de « Performance-Social-Compétitivité » est particulièrement compliquée à résoudre ». Mais le dialogue social est-il vraiment une question scientifique ?

Recherche, formation et think tank

Concrètement, la nouvelle chaire prévoit de se déployer autour de trois axes présentés par sa directrice scientifique, le professeur Maria Koutsovoulou :
la recherche : sur les sujets de la mondialisation de l’économie ; les relations sociales à l’heure de l’individualisation ; la place du dialogue social à l’heure de la digitalisation.
la formation : avec des liens à établir entre les résultats des prochaines recherches à mener, les entreprises partenaires et les étudiants de l’ESCP, futurs managers, cadres et dirigeants.
le think tank : groupe de réflexion qui réunira dans un an plusieurs experts autour des recherches menées dans un but de prospective.

Quelle corrélation entre syndicalisation et performance ?

Le taux de syndicalisation est-il un indicateur du niveau de qualité du dialogue social dans un pays ? Selon plusieurs études (1) c’est plutôt à l’échelle des entreprises que les constats sont les plus flagrants. Les deux professeurs qui dirigent la nouvelle chaire « Dialogue social et compétitivité des entreprises », Maria Koutsovoulou (directrice scientifique) et Patrice Laroche (président du comité scientifique), s’appuient sur ces précédents travaux pour déployer leur argumentaire en faveur d’une corrélation étroite entre la présence des syndicats dans l’entreprise et la performance de ses salariés. Le professeur de l’université d’Harvard, Richard B.Freeman, membre du comité scientifique de la chaire, a conforté cette thèse par ses propres travaux.

chaire_dialogue_social_denis-fouqueau-escp-europe

Jacques Kheliff, ancien syndicaliste ; Miguel Valcarcel, DRH Europe de Renault ; Patrice Laroche, président du comité scientifique de la Chaire ESCP ; Jean-Christophe Sciberras, DRH France de Solvay ; Cyril Cosme, directeur du bureau de l’OIT en France, sont intervenus autour des questions du dialogue social lors du lancement de la chaire Dialogue social et compétitivité des entreprises.

La spécificité du dialogue social à la française

Cependant, selon les dirigeants de la chaire, il semble que les rares études réalisées en France sur le sujet ne rejoignent pas ce constat et concluent le plus souvent que les syndicats n’influencent ni la qualité du dialogue social, ni la performance, ni le bien être des salariés. C’est donc sur ce constat que s’appuie la nouvelle chaire de l’ESCP Europe ainsi que sur la conviction que l’amélioration du dialogue social à la française passe par l’enseignement et la formation de ses acteurs : de la sensibilisation des jeunes jusqu’à la formation des managers, en passant par la formation des élus du personnel, les membres de comité d’entreprise, de CHSCT, les délégués du personnel et autres délégués syndicaux.

Une bonne initiative donc, que l’on espère moins soumise à l’influence de ses financeurs (Solvay, Renault, Sodexo et Airbus) qu’ouverte et sensible à la cause de la large majorité des entreprises françaises : les PME. Dans ces petites sociétés qui composent notre paysage économique, le dialogue social se traduit de manière bien différente que dans les grands groupes.

 

Philippine Arnal-Roux

 (1) Notamment : Sandra Black et Lisa Lynch, étude publiée en 2001
Richard B. Freeman et James L. Medoff.

 

Lisez la suite des événements organisés et des études publiées par la chaire de l’ESCP Europe sur le site Dialogue Entreprise : 

Dialogue social et digitalisation. Une veille assurée par la chaire de l’ESCP Europe