« Sur Facebook, priorité à la personnalisation et à la bienveillance », Christophe Ndi

« Tu sais que tu bosses chez Orange quand… », c’est lui. Christophe Ndi a créé ce groupe Facebook en dilettante et se retrouve à la tête d’une communauté de 11 000 membres et chef d’orchestre d’une opération de communication permanente.

christophe ndi_orange_zagrums_tusaisquetutravailleschezorangequand

Christophe Ndi, fondateur et animateur du compte Facebook « Tu sais que tu bosses chez Orange quand… » est en constante représentation, sur le terrain et en ligne.

Le groupe Facebook « Tu sais que tu bosses chez Orange quand… » a été créé il y a 4 ans « pour retrouver l’esprit familial d’Orange », ex-France Télécom et dans un simple but de divertissement explique son fondateur, Christophe Ndi. Ce technicien en télécommunication doit rapidement faire face au succès de son initiative, qui accapare de plus en plus son temps. En 2014, quelques mois après son lancement, le groupe compte déjà 2 000 membres. Il propose alors à son employeur de le faire évoluer vers un poste plus adapté au sein du service Communication du Groupe Orange. Face à « une fin de non-recevoir », Christophe Ndi se rapproche alors de Sébastien Crozier, président du syndicat CFE-CGC Orange, qui lui accorde son soutien pour pouvoir développer et se consacrer à son média.
Devenu délégué syndical, le community manager compte ainsi donner une autre dimension à son activité, car il trouvait « dommage que les ressentis exprimés par les salariés via internet, ne soient pas plus écoutés et rapprochés de personnes expertes dans l’entreprise », les syndicalistes en l’occurrence. Dommage aussi, selon lui, que la direction ne se serve pas plus de cet outil : en retenant les pistes d’amélioration proposées par les salariés par exemple ; pour passer des messages ou encore pour sonder potentiellement près de 10 % de ses salariés !

Un community manager syndiqué, qui revendique un groupe Facebook neutre

Christophe Ndi est donc détaché à 100 % de son poste de travail pour se consacrer au groupe qui reçoit environ 16 000 visiteurs par mois. Il travaille quotidiennement à en faire un espace de liberté d’expression pour les salariés, cultivant dans un joyeux mélange, l’esprit d’entreprise, la convivialité et la personnalisation des messages. Si en coulisse le soutien matériel du syndicat est bien là, le community manager Facebook a su démontrer à tout un chacun que ce groupe, d’intérêt général et à la volonté fédératrice, devait rester strictement asyndical et apolitique. Les contenus sont ainsi modérés par une vingtaine de personnes de toutes sensibilités et tout prosélytisme syndical est strictement proscrit.

Christophe Ndi a réussi à préserver cette neutralité qui fait l’originalité du groupe et rassemble entre autres, des militants de toutes les organisations syndicales d’Orange, à l’écoute collectivement des salariés. C’est, par le fait, un constat d’échec pour la direction d’Orange qui a compris trop tard le talent de cet expert des réseaux sociaux. « Ils nous surveillent et craignent toujours des fuites d’informations, des conflits qui pourraient sortir dans la presse, etc. ». Au bout de quatre ans cependant, pas d’écart à signaler.

________________

A  lire aussi :

Communication syndicale. Digital et actions de terrain se complètent

_____________

Fédérer autour de sujets qui touchent chacun, individuellement

De la décision de la direction de ne plus installer gratuitement les cartes SIM en boutique à la naissance de la petite fille de Christophe à la Réunion, en passant par l’ouverture d’un magasin ou la mort d’Aznavour, les sujets traités sont variés. Ils sont simplement postés ou font l’objet d’une vidéo en direct. Les « live » sont d’ailleurs des moments très appréciés par la « communauté des Zagrums », comme l’a baptisée son créateur. En perpétuelle représentation, l’animateur relaye chaque événement de l’entreprise, qu’il y soit invité ou non. Le seul point commun de tous ces sujets est leur capacité à toucher chaque salarié individuellement. « Pas de politique, pas de petites annonces, mais beaucoup de bienveillance », c’est le leitmotiv du groupe qui réunit toutes les catégories personnel de l’entreprise. « Je suis un peu le Jacques Séguéla de la CFE CGC Orange », résume, goguenard, celui qui a dépoussiéré la communication syndicale.

Philippine Arnal-Roux