Pourquoi se former quand on est élu du personnel ?

Suivre des formations avec des experts permet d'être plus à l'aise dans son mandat, au quotidien.

Suivre des formations avec des experts permet d’être plus à l’aise dans son mandat, au quotidien.

Face au contexte économique en crise et à la judiciarisation des rapports au travail, les stagiaires comme les formateurs insistent sur la nécessité de se professionnaliser.

Plan de sauvegarde pour l’emploi, négociations annuelles obligatoires, égalité hommes-femmes, responsabilité sociale de l’entreprise… Toute l’année, direction et représentants du personnel ne manquent pas de sujets de discussion, voire de négociation. Signe que le dialogue social existe, sans toutefois préjuger de sa teneur. De l’avis des formateurs, comme de celui des élus contactés pour cet article, le contenu des formations coïncide avec l’évolution d’un climat social perçu comme « de plus en plus tendu » dans lequel « les employeurs tentent de s’affranchir de leurs obligations » avance un formateur et élu au comité d’entreprise de Manpower. Un constat partagé par Maya Jacquier, formatrice à l’Institut de formation de la CFDT, qui constate que « les employeurs se placent sur le terrain juridique et ne sont pas favorables à un dialogue de qualité ».

Sans formation, impossible de négocier

« On insiste auprès des adhérents sur la nécessaire professionnalisation, confirme Agnès Cros de la CFTC. Le cadre juridique est de plus en plus structuré. On n’est pas délégué syndical simplement pour négocier quelques accords.». Le congé de formation répond à cette nécessité. Les sessions suivies par les stagiaires permettent de les sécuriser dans leurs missions et d’acquérir une méthodologie dans les techniques de négociations. « Les formations nous apportent de la crédibilité aux yeux des employeurs dans les négociations, estime une déléguée du personnel chez Adecco. C’est plus favorable à des discussions constructives. On monte en qualité dans les échanges ».

L’élu de Manpower conclut d’ailleurs : « Sans formation, c’est impossible de négocier. On ne prétendra pas remplacer un avocat après une formation d’une semaine, c’est sûr ! Mais au moins, on connaît les bases et on sait de quoi on parle. Ça nous permet d’éviter les pièges ou de constater les manquements ».

Philippine Arnal-Roux

Consultez les formations en lien avec cet article :