Chaire Entreprise et Santé du Cnam : une opportunité pour les membres de CHSCT 

La chaire « Entreprise et Santé » créée par le Cnam propose des actions de formation sous deux formes originales, notamment pour les élus du personnel au CHSCT : une unité d’enseignement et des modules d’e-learning. L’objectif est la formation des membres de CHSCT sur les enjeux de la prévention de la santé au travail. Explications de Thomas Furtado.
chaire_entreprise_sante_cnam_malakoffLa chaire Entreprises et santé du Cnam a pour objectif de mener des programmes de recherche sur la santé au travail des salariés, ainsi que des actions de formation destinées en particulier aux préventeurs et aux membres de CHSCT. Le Cnam forme déjà des professionnels de la prévention (animateur sécurité, ergonomie, etc.) et a ainsi ouvert deux nouveaux parcours en 2016 dans le cadre de cette chaire. Thomas Furtado est l’ingénieur pédagogique en charge du programme de formation.

Pour agir en prévention, mieux vaut agir avec méthode

« Ce parcours est construit pour permettre la montée en compétences des membres de CHSCT mais également des managers et des DRH ; car nous souhaitons qu’il s’institue un dialogue autour d’un référentiel commun sur le sujet qui nous intéresse, soit la prévention » explique l’ingénieur. L’idée est venue du constat que dans les CHSCT les problèmes se cristallisent souvent autour de situations individuelles. Or, si on veut agir en prévention, il vaut mieux appliquer des méthodes et une réflexion collective pour arriver à un discours apaisé.

Apprendre à analyser, interpréter et agir en prévention

« Le premier parcours est une UE ou unité d’enseignement sur les données. Elle consiste à regarder dans l’entreprise quelles sont les données disponibles, comment les analyser de manière simple et rigoureuse, en essayant d’éviter les pièges classiques de l’interprétation des données graphiques ou les raccourcis dans les comparaisons de données de son entreprise avec des données régionales, de branches ou autre », a détaillé Thomas Furtado. Cette formation apprend à mettre en place des actions de prévention et à réfléchir sur leur retour sur investissement.

Concrètement, l’UE dure 60 heures, composées de trois tiers : un à distance, un en présentiel et le dernier consacré au projet personnel ou mémoire. Un examen d’une heure ponctue la formation. Les candidats obtiennent six crédits et peuvent ensuite poursuivre vers la formation d’assistant de santé au travail du Cnam, soit un certificat de niveau bac+2.

thomas_furtado_cnam_formationCHSCT

Thomas Furtado, ingénieur pédagogique Cnam.

Le deuxième parcours est un Mooc sur la santé au travail (accès en ligne, gratuit, à suivre à son rythme) qui s’adresse, initialement, aux managers. Le but est de leur donner des connaissances de base et de faire de la santé au travail un levier de management de leurs équipes, dans le sens de l’amélioration de leur activité.

Ne pas sous-évaluer le travail dans une formation à distance

« A l’issue de ces formations, nous souhaitons que le manager ait changé de point de vue et qu’il considère désormais un membre de CHSCT comme un bénéfice et non plus comme une contrainte » rappelle Thomas Furtado. Pendant la formation, les managers confortent et valorisent leurs connaissances sur ces sujets. L’enseignement leur permet de mettre un nom sur des actions qu’ils réalisent et qu’ils pourront ensuite développer en connaissance de cause.

La question de la formation à distance pour les IRP. La formation à distance fait disparaître la contrainte de temps et de déplacement. Elle permet aussi de travailler à son rythme. « En revanche, il ne faut pas croire que parce que c’est à distance, il y a moins de travail » a alerté l’ingénieur du Cnam. Proposée en test à des militants d’organisations syndicales, cette formation a révélé que sur la partie à distance, au début, les candidats n’avaient pas pris la mesure du travail demandé. Sachant que visionner une heure de vidéo en ligne réclame deux à trois heures environ d’appropriation !

En conséquence, le Cnam a adapté la formation en privilégiant des modules tutoriels sur la méthode de travail et la mise en place de forums pour discuter avec l’enseignant et entre élèves ; un soutien indispensable pour poursuivre la formation.

Philippine Arnal-Roux

Consultez les formations en lien avec cet article :