Que font les syndicats pour la reconnaissance des compétences des IRP ?

Si les syndicats ont bien mesuré l’enjeu de former leurs militants vers plus d’efficacité dans leur mandat, ont-il mis en place des outils et des dispositifs de valorisation et la reconnaissance des compétences acquises, au profit de l’avenir professionnel du militant ? Voici les réponses des représentants syndicaux invités à venir s’exprimer lors du colloque organisé le 16 décembre 2016 par Trouver une formation CE.com et Miroir Social.

Pendant longtemps c’était avant tout le terrain qui faisait le syndicaliste, aujourd’hui l’expérience ne suffit plus au militant pour être efficace dans son mandat. Il n’y a qu’à mesurer le volume des catalogues de formation proposés par les organisations syndicales (OS) pour le confirmer. Personne n’ignore non plus le manque de vocation dont les OS souffrent, causé ou accentué par les évolutions de notre société : avec des parcours personnels qui sont de plus en plus multi-entreprises, multi-métiers. En conséquence, la formation est pour les syndicats un moyen de valorisation collective et individuelle ; sans compter que pour être élu du personnel, il est nécessaire d’acquérir énormément de connaissances, de la méthode, des techniques de négociation, de gestion d’un CE, etc.

Frédéric Souillot, secrétaire confédéral FO, secteur Développement.

 « Les solutions doivent être trouvées par le dialogue social à l’échelle des branches professionnelles »

Frederic-Souillot_FO_formation_militants-syndicaux

Frédéric Souillot, secrétaire confédéral FO, secteur Développement.

« FO est pour la formation des militants, dans leur intérêt, pour les aider à être plus forts et à progresser dans leur fonction. En revanche, nous ne sommes pas pour une professionnalisation des militants. Le mot d’ordre au sujet de la valorisation des compétences des mandatés, comme sur les autres chez Force Ouvrière, est « liberté et indépendance de chaque fédération ». Aussi, on constate des initiatives régionales comme le groupe de travail mis en place sur la valorisation des compétences des mandatés, entre les organisations syndicales et le Groupement des entreprises sidérurgiques et métallurgiques (Gesim), auquel FO participe. L’objectif est d’inscrire dans la convention collective de la fédération, un accord sur ce sujet de la valorisation des compétences des mandatés. Il est bien que ce soit par le dialogue social, avec les organisations patronales et à l’échelle d’une branche professionnelle que des solutions soient trouvées. »

 

Philippe Detrez, secrétaire confédéral CGT, Président de l’Iréo, Institut régional d’éducation ouvrière.

« Nous sommes attentifs aux demandes des camarades et à leur parcours »

Philippe_detrez_cgt_formation_militants_syndicaux

Philippe Detrez, secrétaire confédéral CGT, Président de l’Iréo, Institut régional d’éducation ouvrière.

« Le syndicalisme n’est pas une profession, on n’en fait pas une carrière. En revanche, nous sommes conscients que nos camarades développent des compétences particulières et que le mandat n’est pas éternel. Au sein de la CGT, nous mettons à disposition des stages de formation continue au niveau national et territorial ; l’information nécessaire sur les droits à la formation et nous sommes attentifs aux demandes des camarades ou aux parcours des cadres syndicaux. L’Iréo, dans le Nord, a mis en place un dispositif d’accompagnement des militants avec les CIBC du Nord-Pas-de-Calais pour les informer et les orienter. Vers les cadres syndicaux, nous avons mis en place un parcours pour les accompagner en entrée et sortie de mandat, avec des entretiens, une proposition de bilan de compétences, etc. »

 

Alain Gergaud, secrétaire national Unsa en charge de la formation syndicale au Céfu.

« Nous valorisons les militants à potentiel avec ‘Génération Unsa’

alain_gergaud_céfu_unsa_formation_militants_syndicaux

Alain Gergaud, secrétaire national Unsa en charge de la formation syndicale au Céfu.

« Le Céfu est un jeune organisme de formation qui a mis en place des outils informatiques au service du suivi des parcours de formation de nos militants. Nous pouvons ainsi détecter des militants qui enchaînent des formations et qui montrent ainsi une volonté particulière de progresser dans leur mandat. A l’Unsa, nous pensons que pour être efficace dans son mandat, il est nécessaire de se professionnaliser. Pour les militants les moins qualifiés, nous avons mis en place des formations en bureautique avec un prestataire, une compétence qui leur sera toujours utile dans leur vie professionnelle. Pour valoriser les militants à potentiels, nous avons créé « Génération Unsa », un programme de formation proposé à 25 militants par an, qui se déroule en sept modules de deux jours. »

 

Gilles Lecuelle, secrétaire confédéral CFE-CGC, en charge du Dialogue social.

« La mission syndicale doit être reconnue comme une vraie mission d’entreprise »

gilles_lecuelle_cfecgc_formation_militants_syndicaux

Gilles Lecuelle, secrétaire confédéral CFE-CGC, en charge du Dialogue social.

« Pour la CFE-CGC, il n’est pas question de se professionnaliser dans son mandat pour y faire carrière, mais par vocation, pour y être plus efficace. La vie du militant se passe dans l’entreprise ; aussi nous aurons gagné le combat de la valorisation quand la mission syndicale sera reconnue comme une vraie mission d’entreprise. Dans ce sens, nous aidons nos militants à négocier dans leur entreprise des accords de droits syndicaux, pour prévoir leur élévation de compétences et les possibilités de reprendre un poste en sortie de mandat. Chez Solvay par exemple, nous avons obtenu un accord pour la remise à niveau d’un élu de retour à son poste et la direction prend en compte la montée en compétence des acteurs sociaux, soit sous forme de VAE, soit sous forme certifiante. »

 

Corinne Raffini, secrétaire confédérale CFDT, Service développement, organisation et formation.

« Notre passeport de compétences pourra accompagner nos militants vers une montée en compétences »

corinne_raffini_cfdt_formation_militants_syndicaux

Corinne Raffini, secrétaire confédérale CFDT, Service développement, organisation et formation.

« La CFDT forme tous ses militants, nouveaux et déjà en poste, sur des mandats électifs ou désignatifs, au travers de nos centres de formation régionaux. On propose aux militants des formations au mandat, à la prise de responsabilité, mais aussi des formations sur des compétences transverses comme la gestion de projet, la gestion financière ou les dernières lois, puisque nos élus sont confrontés à ces sujets. Nous avons également un outil informatique sur la gestion de la formation syndicale, au niveau confédéral. Nous sommes en train de le faire évoluer afin de travailler sur « un passeport de compétences » avec lequel nous pourrons identifier les compétences développées ou manquantes. L’idée s’inscrit dans la culture de l’éducation populaire : il s’agit d’un accompagnement des militants vers une montée en compétence et de repositionnement à la fin de leur mandat. »

 

Bernard Bouché du Céfi, centre d’études et de formation interprofessionnel de Solidaires.

« Il existe des dispositifs pour valoriser les compétences des IRP »

« Solidaires regroupe le syndicat Sud et plusieurs syndicats spécifiques (non rattachés aux 5 syndicats représentatifs) qui couvrent le secteur public et toutes les branches et fédérations du secteur privé. Le Céfi a intégré une logique de parcours d’accueil et de formation sur plusieurs niveaux et qui prend en compte les besoins de chacun. Solidaires se caractérise par son syndicalisme de terrain et sa volonté de ne pas confédéraliser son action. Nous ne sommes pas pour une professionnalisation des représentants du personnel, mais plutôt pour une limitation de la durée des mandats, car à long terme, c’est sclérosant. Concernant la valorisation des compétences des IRP nous préférons nous en remettre aux dispositifs existants plutôt que d’ouvrir une négociation avec les entreprises à ce sujet. En effet, notre posture qui est celle d’un syndicalisme de transformation sociale et de revendications face aux employeurs, ne nous autorise pas à négocier avec eux la possibilité de se former en tant que mandaté ! »

(Solidaires n’étant pas représenté lors du colloque du 16 décembre, ces propos ont été recueillis par téléphone).

 

Photos réalisées par Olivier Crenon.