Organisme indépendant ou formation syndicale ? Les deux !

Votre efficacité dans votre mandat et les réponses que vous pouvez apporter aux salariés sont tributaires de votre niveau de connaissances et donc de la formation que vous avez suivie en tant qu’élu du personnel. Si l’offre de votre syndicat est une chance à saisir, les formations proposées par les organismes privés sont complémentaires pour votre mandat au quotidien.

formation_elus_du_personnel

Vous former régulièrement est indispensable pour être prêt à répondre à toutes les questions des salariés. Trouver-une-formation-CE.com

Inutile de répéter l’intérêt primordial de se former pour les élus du personnel : tous les responsables de formation vous le diront ! La nécessité de comprendre, interpréter et analyser votre environnement de travail et les documents que l’on vous transmet est juste indispensable, d’autant plus en temps de crise.

D’un organisme à un autre, indépendant ou syndical, deux messages récurrents ponctuent la formation obligatoire des élus du comité d’entreprise ou la formation des membres du CHSCT : « Vous n’êtes pas des experts. Donc, quand une question pointue se pose, formez-vous et faites appel à un expert, le budget de fonctionnement est là pour ça ! » Le second pari relevé par tous les responsables de formation, est « de faire comprendre aux élus que le comité d’entreprise n’est pas un comité des fêtes ». « Ceux qui viennent pour savoir comment gérer leur budget d’activités sociales et culturelles ou comment organiser leurs réunions, découvrent que leur rôle va bien au-delà et qu’ils sont avant tout responsables d’une structure, comme de vrais chefs d’entreprise » constate une formatrice indépendante.

Une génération d’élus mieux armée

Syndiqués ou pas, les stagiaires ont un point commun : « ils veulent faire les choses bien, établir un dialogue social avec la direction mais ne savent pas comment s’y prendre », analyse la gérante d’un petit organisme de formation parisien. « Souvent aussi, alors qu’ils pensaient que tout allait bien dans leur entreprise, par la formation, ils se rendent compte qu’ils sont manipulés par leur employeur, par méconnaissance de leurs droits et de leurs devoirs ». Pourtant, les stagiaires se suivent et ne se ressemblent pas constate un animateur du centre de formation de Force ouvrière. Il dit croiser « une nouvelle génération de représentants du personnel, plus diplômés, mieux armés en connaissances. Ils sont capables de comparer, d’analyser et on ne peut pas leur raconter n’importe quoi. »

Neutralité versus message militant

D’un côté et de l’autre, les formateurs ne se contentent pas de délivrer une information brute à leurs stagiaires. Ils s’adaptent à leur public, répondent aux questions particulières et assurent, la plupart du temps, un suivi post-formation. Mais alors que la plupart des organismes privés jouent la neutralité avant tout, multiplient les conseils et astuces et développent des concepts d’enseignements élaborés autour de jeux, vidéos, podcasts, mises en situation et interventions de professeur de théâtre ; les centres de formations syndicaux proposent des thématiques dont l’intitulé est clairement orienté vers des objectifs militants : « comment utiliser les documents du CE pour le syndicat » ou encore « comment gagner les élections ». La partialité est ainsi la principale différence entre les deux types d’organismes.

La formation du comité d’entreprise : stratégique pour le syndicat

Au centre de formation syndicale de Force ouvrière, le message est clair : « Le comité d’entreprise est une articulation syndicale » qui donne aux élus syndicaux l’accès aux informations reçues sur le fonctionnement de l’entreprise et qu’ils ne pourraient pas avoir s’ils n’étaient pas élus. Ils les utilisent ensuite pour leurs revendications. Il s’agit essentiellement du bilan social, du bilan financier, utiles pour préparer les négociations annuelles obligatoires.

Si jusqu’à présent chaque organisation syndicale formait exclusivement ses adhérents, refusant d’accueillir des militants d’autres syndicats ou même des élus non syndiqués, la tendance est désormais à l’ouverture. Dans les derniers congrès syndicaux de FO et de la CGT notamment, les nouvelles orientations définies ont intégré la possibilité de donner accès à la formation syndicale aux non militants : un moyen de donner un accès plus général à l’information et de recruter de nouveaux adhérents. Quand on sait que 60 % des comités d’entreprise n’ont pas d’étiquette, l’initiative était à saisir.

La formation des élus du personnel, un moment de découverte de son rôle

Quoiqu’il en soit, en pratique, de plus en plus d’élus du personnel syndiqués, face à une actualité législative chargée et à une multitude d’informations à assimiler, n’hésitent pas à chercher des formations complémentaires dans les organismes privés, non délivrées par leur organisation et pour entendre un discours différent, non marqué politiquement. « Même adhérent d’un syndicat, c’est important pour moi d’entendre des experts dont le discours n’est pas calqué sur les orientations du syndicat. Ça permet de prendre du recul » avoue un élu de comité d’entreprise, rencontré sur un salon dédié.

 

Philippine Arnal-Roux

Consultez les formations en lien avec cet article :